Kendrick Lamar expliqué aux nuls

Cover

Kendrick Lamar a pensé à me faciliter la tâche : il s’est fait connaître grâce à cette mixtape, et sa discographie comporte 3 albums après cela, avec des concepts pour chacun d’eux…

Notre note
Beats Solo3 Wireless
9.7 Exceptionnel
Powerbeats Pro Wireless
9.5 Excellent
Beats Studio3 Wireless
9.3 Excellent
Modèle
Beats Solo3 Wireless
Powerbeats Pro Wireless
Beats Studio3 Wireless
Critiques
exceptionnel
54 220 votes
exceptionnel
42 408 votes
exceptionnel
41 008 votes
Disponible surDisponibleDisponibleDisponible
Visiter la pageVisiter la pageVisiter la page

2011 : Première mixtape / album en indépendant « Section.80 » avec des sujets tels que le racisme, l’épidémie de crack dans les années 80, ou encore la souffrance de la communauté Afro-Américaine à cause de la politique drastique de Ronald Reagan (Plus de 500 000 exemplaires écoulés à ce jour), preuve qu’un véritable engouement s’est créé au fil du temps autour de l’opus et de l’artiste.

2012 : Il signe avec Dr Dre sur Aftermath pour son second album, « good kid, m.A.A.d city ». Pour beaucoup LE chef-d’oeuvre du rappeur de par sa qualité narrative exceptionnelle, qui à l’aide du mini-van de sa mère, traîne à 17 piges dans les rues de Compton et aborde les choses futiles qui font penser aux jeunes que l’argent et le pouvoir sont importants.

2015 : « To Pimp a Butterfly » est tout aussi puissant. Torturé par sa célébrité, d’abord arrogant et cupide… se rend compte ensuite que cela ne lui apporte pas le bonheur mais plutôt la déprime… se ressaisissant au final en assumant son statut de représentant des Afro-Américains !

2017 : « DAMN » affirme son statut de leader, album le plus vendu pour une première semaine (avec son premier top single “HUMBLE”), une allégorie de l’Amérique, qui alterne les thèmes de l’immoralité et la faiblesse une chanson sur deux.

Conclusion : Kendrick Lamar peut être vu comme un artiste caméléon qui a su s’imprégner de toutes les qualités de ses modèles (2Pac, The Notorious B.I.G., Nas, Jay Z, Eminem voir Andre 3000) pour réinventer le rap à sa manière. Ainsi, il est capable d’être un pur kickeur “DNA“, raconter des histoires “Sing About Me, I’m Dying of Thirst“, être engagé “HiiiPower“, ou être plus posé et musical “Bitch Don’t Kill My Vibe“. K-Dot est de plus très adroit lorsqu’il s’agit de jongler entre différents genres musicaux. Son morceau “Alright” a d’ailleurs été repris en juillet 2015 pendant une manifestation en marge du mouvement “Black Lives Matter”, créé pour lutter contre les violences policières.

SOURCE : HIPHOPINFOSFRANCE.COM

Share

Laisser un commentaire