Pourquoi les rappeurs se rapprochent de la pop-music ? [MATER]

 

Notre note
Beats Solo3 Wireless
9.7 Exceptionnel
Powerbeats Pro Wireless
9.5 Excellent
Beats Studio3 Wireless
9.3 Excellent
Modèle
Beats Solo3 Wireless
Powerbeats Pro Wireless
Beats Studio3 Wireless
Critiques
exceptionnel
54 220 votes
exceptionnel
42 408 votes
exceptionnel
41 008 votes
Disponible surDisponibleDisponibleDisponible
Visiter la pageVisiter la pageVisiter la page

Big_thumb

 

Fraction musicale du mouvement culturel hip-hop, le rap est par essence un style ouvert sur les autres musiques. En effet, ses samples possèdent de nombreuses influences aussi bien dans le reggae, le blues ou le jazz. À ses débuts, au milieu des années 70, le rap était une musique à la fois innovante et crainte. La réputation et l'univers sulfureux des rappeurs, les puissants messages sociaux égrenés en faisaient un style à part. Boycotté par tous les médias, le rap a néanmoins réussi à se faire une place dans le monde de la musique. À la fin des années 80, le rap s'est démocratisé, les rappeurs sont devenus plus nombreux et différents styles se sont retrouvés, dont une partie plus commerciale. Du coup, des collaborations inattendues et improbables entre rappeurs et artistes de rock, de variété ou de RnB ont vu le jour. Certains de ces duos ont donné de véritables tubes planétaires. Découvrez dès maintenant quelques exemples de featuring entre rap et pop-music…

 

 

L'improbable mélange entre rap et hard rock dès 1986

  Rundmc_aerosmith

L'un des premiers chocs pour les puristes du rap fut la collaboration inattendue entre Run-DMC et le groupe de hard-rock Aerosmith. Alors que le rock et le rap étaient les deux ennemis jurés, avec deux styles de musique totalement opposés et un public différent, Run-DMC accepte de participer à un titre de Aerosmith, un groupe mythique alors en perte de vitesse. Une fois la surprise du duo passée, l'engouement pour le titre « Walk this way » fut phénoménal. Un nouveau public s'est alors rapproché du rap et la presse spécialisée a encensé le titre.

Quand l'amour est à l'origine d'un duo entre rap et RnB

Dans certains cas, un featuring entre un rappeur et une artiste de RnB débute par une rencontre sentimentale. Ainsi, alors que le célèbre rappeur Jay-Z et la tout aussi célèbre chanteuse de RnB Beyoncé forment un couple dans la vie, ils partagent également la même passion pour la musique et n'hésitent pas à travailler ensemble. Le succès est au rendez-vous et donne naissance au tube « Bonny & Clyde » en 2002 sur l'album de Jay-Z. On notera que la collaboration s'est aussi faite dans l'autre sens avec le tube de Beyoncé « Crazy in Love » en 2003 où c'est Jay-Z qui est en featuring. Impossible de savoir qui des deux a profité du talent et de la notoriété de l'autre tant ces artistes sont des stars et que ces deux titres ont tourné dans toutes les playlists de discothèques, radios, etc.

Quand Doc Gyneco réussit à convaincre Renaud de revenir chanter

Doc Gyneco est l'une des figures (controversées) représentatives du passage du rap underground au rap commercial. Membre du sulfureux Ministère AMER, son travail prend une tournure complètement différente en solo. Finies les revendications hardcore. Celui qui chanta « Je dois sacrifier un poulet » chante désormais son amour pour Vanessa Paradis et soutient officiellement Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2002. Quelques années plus tard, Doc Gynéco réussit à convaincre Renaud, alors empêtré dans un divorce et une addiction à l'alcool, de reprendre le chemin des studios pour enregistrer un titre avec lui. Le titre se nomme « Hexagonal » et n'a pas eu beaucoup de succès. Il ne restera pas dans les annales de la musique française malgré un buzz et une couverture médiatique importante due au retour de Renaud à la musique.

Jennifer Lopez accompagnée par le bad boy Ja Rule

Que penser de l'énorme succès du titre « I'm Real » de Jennifer Lopez accompagnée par Ja Rule. Danseuse hors paire, Jennifer Lopez s'est lancée dans la chanson à la fin des années 90 sans pour autant connaître le succès qu'elle espérait. Le succès de « I'm Real » lui a ouvert toutes les portes du succès. Impossible d'imaginer que la participation de Ja Rule n'ait pas eu un effet de levier. Cette image renvoyée de femme sexy accompagnée par un rappeur sulfureux semble être un véritable concept marketing. Difficile d'imaginer que cette collaboration inattendue n'ait pas un objectif purement commercial. Si tel est le cas, le résultat est au rendez-vous.

Quand La Fouine chante avec une star de télé-réalité

Chanteuse de variétés par excellence, Amel Bent s'est fait connaître grâce à l'émission de télé-réalité « La nouvelle star ». Qui aurait dit qu'un jour un rappeur (repris de justice quand même) inviterait une chanteuse de télé-réalité ? Le morceau se nomme « Je suis tombée pour elle » et Amel Bent y joue un rôle de composition. Pour La Fouine, le fait qu'Amel Bent soit à l'époque connue uniquement pour son passage à la télé ne lui pose aucun souci. Toutefois, La Fouine est un artiste qui assume publiquement sa dualité entre un rap engagé et un rap commercial.

Quand Stromae invite Maître Gims à chanter

Aujourd'hui plus personne n'est surpris de voir un ancien rappeur engagé collaborer avec un artiste de pop-music. Ainsi, lorsque le Parisien Maître Gims accepte l'invitation de la star internationale Stromae à chanter avec lui, l'effet de surprise n'existe plus. La seule curiosité est de savoir si le titre va nous faire danser ou pas. En effet, dans un tel cas, le rap n'est plus un moyen de véhiculer des messages sociaux mais bel et bien un produit commercial. Les paroles, le flow, le rythme et les messages de Maître Gims n'ont que très peu de points communs avec les performances qu'il réalisait avec Sexion d'Assaut quelques années plus tôt.

Aujourd'hui, le rap tourne en boucle sur certaines radios, et ce dans le monde entier. Formaté et aseptisé, les messages sociaux et politiques ont laissé place à des punchlines fades destinées à de très jeunes adolescents. Certaines collaborations sont sûrement dues à l'envie sincère de deux artistes de travailler ensemble. Toutefois, dans de nombreux cas, il semble que la principale motivation des artistes et/ou des maisons de disques soit plus financière qu'artistique.

Share

Laisser un commentaire