Les 13 uppercuts de Nysay [ÉCOUTER]

Les_13_uppercuts_de_nysay_Allo_Rap

Il faut être un BGN (Brave Gars Naïf), pour ne pas connaître le groupe Nysay. Premièrement, ils ont souvent dans leurs besaces des rimes et des flows à couper le souffle, même au bout de 15 ans (en plus d’avoir des beats qui feront date dans l’histoire musical de l’humanité). Deuxièmement, ils sont une figure incontournable du label IV My People. Pourquoi est-ce si génial ? Ah bin tout simplement ce crew (issu de la rencontre fortuite entre Kool Shen et Busta Flex en 1997 et auquel s’adjoindra des Zoxea ou des Lord Ko) est la première initiative française en matière de rap à pouvoir ressembler un peu au plus célèbre clan musical de la Westcoast, j’ai nomé Death Row, qui a vu la naissance de star comme Snoop Dogg. Déjà à cette bonne vieille salope d’époque de 1991, tout était parti de la rencontre entre deux figures du gratin, à savoir Dr Dre et Suge Knight…

Notre note
Beats Solo3 Wireless
9.7 Exceptionnel
Powerbeats Pro Wireless
9.5 Excellent
Beats Studio3 Wireless
9.3 Excellent
Modèle
Beats Solo3 Wireless
Powerbeats Pro Wireless
Beats Studio3 Wireless
Critiques
exceptionnel
54 220 votes
exceptionnel
42 408 votes
exceptionnel
41 008 votes
Disponible surDisponibleDisponibleDisponible
Visiter la pageVisiter la pageVisiter la page

 

#13 – « Mauvais Conseils feat. Issaka » (2008)

FlowUn beat bien sombre qui pourrait à lui seul résumer la pensée du groupe, désenchantée.
BeatParoles franches mais pas affriolantes. Un angle de réflexion distant et ironique. C’est sobre et reposant.
LyricsRAS au niveau des flows mis à part la prestation d’Issaka, quand même très impressionnante.

 

#12 – « Bolos » (2008)

FlowEncore une instru à faire froid dans le dos des mamies. A écouter avant de mater un petit film d’horreur.
BeatOn monte d’un cran dans l’agressivité. Peut-être pour « camoufler » un manque d’originalité dans le thème choisi, mais rien de rédhibitoire. EXS montre ici sa supériorité technique.
LyricsLes flows sont classiques, comparés à certains éclats foudroyants dans la carrière du groupe (voir la fin du classement lol).

 

#11 – « 0 Grammes 9 » (2008)

FlowLà on tient du beat frais et original, car expérimental. Dérangeant de par ses sonorités métalliques, il sert à merveille le thème.
Beat » Je suis en manque, si tu veux je te suce ». Tu reconnaitra cette célèbre scène du film le plus violent qui soit sur la banlieue, Menace II Society. Pour ainsi dire, les paroles font planer la menace sur notre petite tranquillité d’auditeur en nous abreuvant d’idées à la Nino Brown. Ca me fait penser un peu à du 113 sous coke !
LyricsLes flows ont le méritent d’essayer d’innover tout en collant à la thématique très nébuleuse de la chanson.

 

#10 – « Le ghetto brûle » (2005)

FlowLa boucle de piano est sans doute le socle d’une des instrus les plus simples du groupe jamais utilisées et même dans l’histoire du rap. Mais dieu que ça marche bien !
BeatDu lyrics qui sortent du lot. De l’or quoi. « On aime monter haut, en Laguna, en Mondeo » (Salif),  » Tu rêves si tu crois qu’on a tous de la chance  » (EXS).
LyricsCes flows de 2005 sont ceux de la meilleure époque, ne nous le cachons pas. Pourtant ils sont binaires et mécaniques (comme l’instru), mais à croire que c’est ce qui le rend plus authentique, plus proche de nous. J’ai l’impression d’être dans le studio avec eux !

#9 – « Avec le temps » (2006)

FlowLe beat est une merveille au pouvoir très évocateur : c’est comme si le temps avait été enfermé dans une chanson de 3 minutes 29.
BeatComment redire les mêmes choses, mais sous un autre point de vue. Avec cette chanson, c’est tout l’art du rap qui est sous nos yeux : des thèmes qui se ressemblent d’un morceau à l’autre mais qui ne sont jamais tout à fait les mêmes.
LyricsOn retiendra particulièrement le refrain qui est d’une simplicité diabolique, comme le tic-tac d’une horloge dans un collège pendant l’heure de mathématique de 16h à 17h. Et cette fois-ci, c’est Salif qui montre la supériorité de son charisme…

 

#8 – « Ma jeunesse en péril » (2005)

FlowLe beat ferait penser à un vieux dessin animé des années 80 comme  » Les Mondes Engloutis  » ou je sais pas quoi… Très geek et rétro. Une vrai pépite.
Beat » On est en Chien, on est en Lion ». Le cri d’une jeunesse qui vieillit trop vite. Mais les tords sont reconnus :  » On finira tous grillé comme au Buffalo ».
LyricsOn ressent vraiment des choses à l’écoute de ces vaines complaintes… C’est du blues quoi !

 

#7 – « Hier ressemble à demain feat. Maître Kool Shen » (2006)

FlowUn parfum de nostalgie se dégage très nettement de cette mélodie [des briques] d’autant qu’elle rappelle étrangement le thème noir et sombre du film  » Midnight express « . Cependant c’est assez passe partout (piano à l’italienne façon vieille mafia) mais ma foie on peu pas gagner à tous les coups.
BeatOn a tous grandi dans le sillage de NTM, et surtout au son des coups de couteaux des critiques sociales signées Kool Shen. Monsieur Kool Shen.
LyricsRAS. On peut sinon signaler la présence de scratchs bien sentis comme  » On se bât pour un bout de terre, une bannière « .

 

#6 – « Hommage feat. Supa Lex » (2006)

FlowOuf une ambiance dance floor ! Mais le thème reste ruff (pas grave 😉
BeatRAS malheureusement.
LyricsLe ragga ça le fait !!

 

#5 – « Dans Les Halls » (2001)

FlowLe beat est strident comme les années 2000 le furent, et en rappelle une plus récente avec un autre sample où un certain Booba mangeait des pâtes avec de la sciure…
Beat » Liberté, Egalité, Fraternité, ici c’est la réalité va te faire niquer « . Point trait.
LyricsSalif avait un flow à la EXS ! Bien acéré et quand à EXS lui-même, c’est son meilleur niveau, mode guerrier « avec ses pe-sa pleins de trous de boulettes ».

 

#4 – « Mais que s’passe t-il ? » (2005)

FlowLa boîte à rythme est à montrer dans les écoles de DJ. C’est du bon hip-hop comme on l’aime, simple mais d’une terrible efficacité : à nous faire bouger la nuque de bas en haut !
Beat » Sans déconner je me questionne, suis-je la bestiole, car j’ai l’impression qu’on m’espionne « . EXS fait des punchlines comme peu d’emcee en france peuvent se targuer d’avoir réussi : ruffs, bien trouvées, simples, et avec une prononciation innovante ! Salif n’est pas en reste avec des  » ça se castagne pour de la iasse-ca « . Lourd.
LyricsComme dit plus haut, le beat, est bon, et je crois que cela permet de faire ressortir les qualités des flows car ceux-ci méritent vraiment d’être mis en lumière, à l’image de cette piste incroyable.

 

#3 – « On arrive » (2005)

FlowC’est l’instru qui selon moi vaut à cette piste la 3ième position. On dirait la BO d’un film d’horreur, rapide, stressante, et bien sûr les flows suivent donc écoute mon bollos…
BeatCe n’est pas dans l’originalité que les paroles donnent, mais elles sont d’une efficacité qui font penser aux meilleurs brûlots des NTM, sauf que cette fois c’est le côté égotrip qui est le point de mire. Vivifiant !  » Enlève ton slip, j’ai rien à foutre de ton équipe « .
LyricsLes enchaînements sont à la hauteur, boosté par des pulsions de scratch fantasmagoriques : même les scratchs sur la chanson  » Sarkozic  » de Sinik font de la peine en comparaison !

 

#2 – « On vit l’époque » (2005)

FlowLes mots me manquent : instru cinématographique, triste et en colère, alarmesque… Bref, à mettre dans un tableau doré au-dessus de la cheminée en dégustant un  » Cognac label AOC « .
BeatLe premier couplet de Salif montre tout son potentiel impensable, il en a tellement sous le capot qu’il réussit à nous étonner à chaque ré-écoute.  » On se la joue ? Non. On en rajoute ? Non. On shoot ? Pas de doute « . EXS est toujours le cracheur de venin feutré :  » On veut beaucoup de tune pour peu d’étude « .
LyricsC’est à vrai dire beaucoup de souvenirs qui remontent à la surface : l’écriture de cette critique m’oblige à me repencher sur des titres de rap qui ont défoncé tellement de fois mon iPod et qui sont en fait des efforts artistiques qui dépassent l’entendement. Du jamais vu.

 

#1 – « En France » (2005)

FlowAu moment de frapper sur mon clavier, les frissons hérissent tous les poils de mon corps car je suis en train de l’écouter cette piste que je place en numéro uno. Futuriste, elle chatouille le subconscient : l’instru parle et même sans paroles, elle s’exprime. Le mec qui pond ce genre de beat à mon respect le plus sincère.
BeatAvec une instru du feu de dieu galactique, il fallait du texte façon Victor Hugo ou Baudelaire. Rassures-toi, c’est fait. DES LYRICS TELLEMENT PUISSANTS !! Des dénonciations de notre époque et de son affreux capitalisme, grâce à des formules qui tuent sa mère : directes et précises mais recherchées. Voilà ce que je peux en dire. C’est le genre de titre, je le dis sans aucune démesure, qui peut s’écouter toute une vie. Peu de titre arrive à ce genre de rendu intemporel mais street. Ce n’est même pas insurrectionnel, c’est sanctionnel. Je pense que Sarkozy, à l’écoute de ce titre, ne pourrait plus se regarder dans la glace (pour une journée).
LyricsLe flow est à la hauteur de l’idée principal que l’on ressent : c’est bientôt la fin du monde. Dans nos têtes tournent en boucle le refrain sur NOTRE PAYS, qui jouie normalement du droit et de l’honneur de protéger sa nation. Mais que faire quand le pays tue une partie de celle-ci ?

Nysay, il faut bien l’avouer, est un groupe à part. Il n’a jamais vraiment obtenu l’audience et la reconnaissance méritée malgré un niveau technique hors du commun des mortels, peut-être et surement la faute à des explicits lyrics qui pourtant ne dépassent pas le niveau d’agressivité du NTM du début des années 90. Et c’est là que le bas blesse la cuisse des putes, le rap conscient et agressif appartient à une époque un peu révolue (en terme de vente). Je pense qu’ils sont arrivés 10 ans trop tard dans le game, mais ont eu le mérite de le réanimer, d’apporter un peu de nouveauté et de technique, mais sans pouvoir révolutionner la tendance. De toute façon, l’époque IV My People fut belle, et bon ce qui est triste c’est que cette époque décline (je trouve l’américanisation de plus en plus difficile à supporter) mais heureusement d’autres groupes arriveront encore à nous surprendre…

Share

Laisser un commentaire