Interview d’Adrien Auzias, podcasteur vidéaste

 

Notre note
Beats Solo3 Wireless
9.7 Exceptionnel
Powerbeats Pro Wireless
9.5 Excellent
Beats Studio3 Wireless
9.3 Excellent
Modèle
Beats Solo3 Wireless
Powerbeats Pro Wireless
Beats Studio3 Wireless
Critiques
exceptionnel
54 220 votes
exceptionnel
42 408 votes
exceptionnel
41 008 votes
Disponible surDisponibleDisponibleDisponible
Visiter la pageVisiter la pageVisiter la page

J’ai eu l’honneur de parler avec Adrien Auzias, qui anime un podcast génial sur le sujet du montage vidéo, toujours délivré dans une franche bonne humeur rafraîchissante…

 

 

 

Bruno Rogerio : Bonjour Adrien, bonjour chers auditeurs.

Adrien Auzias : Bonjour.

Comment vas-tu ?

Très bien et toi ?

Ça va très bien c’est parfait !

On est en compagnie ensemble dans un podcast, c’est formidable, donc il va s’agir de quoi exactement… de ton émission déjà, de ton parcours, et ensuite tu va pouvoir me donner des conseils déjà à moi en vidéo amateur…

Oula, ça on verra (rires)

Quelques aspects techniques et matériels, justement est-ce le fait d’être autodidacte qui permet d’expliquer plus facilement… ou pas ?

Non, je ne sais pas.

A titre d’exemple apprendre la photo est un blog ou la personne a appris la photo quasiment en même temps qu’elle a monté le blog, peut-être que ça qui donne une proximité entre le lecteur et le blogueur, une proximité dans le niveau de connaissance…

Je dirais pas que c’est tout à fait çà parce que j’avais déjà pas mal pratiqué la vidéo avant même si c’était vraiment très très amateur, effectivement je me suis perfectionné au fur et à mesure, mais je sais pas si le fait d’être amateur permet d’expliquer mieux, en tout cas ce qui permet d’expliquer mieux je pense c’est d’être passionné et moi pour le coup je suis vraiment passionné de vidéo, de bidouille, d’astuce etc.

Ah oui ! Tu copie les grands du genre puisque dans un de tes dernier podcast tu reprend le concept de Retour vers le futur, c’était quand même assez gonflé et là il a fallu avoir une bonne dose d’astuce et d’observation quoi…

Je le dis souvent le meilleur moyen d’apprendre c’est de recopier ce qui existe déjà avant de faire ses propres trucs. Donc moi Retour vers le futur pour moi et pour beaucoup de jeunes de mon âge et même les générations d’avant, c’est vraiment un modèle au niveau de la construction du scénario aussi pour certains aspects au niveau des effets spéciaux même si le premier Retour vers le futur c’est pas vraiment un film d’effet spéciaux, mais en tout cas comme j’ai vraiment baigné là dedans ça a été un rêve enfin disons que je l’ai pas fait pour moi puisque c’est Geek Inc qui m’a demandé de réaliser une petite scène pour le centième épisode, et moi évidemment j’ai sauté sur l’occasion parce que j’en rêvais depuis longtemps donc justement ça m’a permis de recopier ce qui se faisait pour m’améliorer et de se poser la question, eux ils ont fait ça, comment moi avec les moyens du bord je peux réaliser cela avec 100 fois moins de budget et 100 fois moins de matériel, évidemment cela fait progresser car on est obligé d’utiliser des astuces, que eux mêmes n’ont pas utilisé mais qui permettent de se débrouiller avec 3 bouts de ficelles.

 

 

Hum, avec un budget assez minime…

Enfin là c’est même pas minime c’est zéro, à part l’argent dépensé pour la caméra et le micro, je paye personne et j’utilise aucun matériel.

Donc justement c’est formateur il faut vraiment tirer le meilleur potentiel de ton matériel…

Oui c’est sur, et disons que même s’il faut un minimum de matériel, pas démarrer avec une caméra bouseuse ni un micro bouseux il faut investir un minimum, on trouve des caméras à partir de 500 ou 600 euros qui sont corrects, à partie de ça on peut commencer je me suis rendu compte, et franchement si on des astuces au niveau de la mise en scène et au niveau des plans, on peut vraiment s’approcher de quelque chose de pas mal, et avoir même un rendu assez pro à l’aide de certaines astuces, et après c’est la pratique qui permet de connaître son matériel, comment il gère la mise au point, c’est des choses que l’on apprend au fur et à mesure en l’utilisant, mais deux caméras n’auront pas le même comportement, donc c’est l’expérience qui permet de se perfectionner.

D’accord, comme je le disais [hors antenne NDLR], si on veut prendre les choses d’un aspect musical, si on veut faire un clip, le micro va finalement prendre beaucoup plus d’importance que la vidéo cette fois-ci ?

Au niveau du tournage du clip non puisque la musique a été pré-enregistré, finalement y a pas besoin de micro par contre si on enregistre un groupe de musique… enfin c’est quoi la question, est-ce que c’est un clip musical ou… ?

Oui effectivement moi je parlais plus d’un live, on va dire quelqu’un qui va faire un petit freestyle devant la caméra pour par exemple une petite promo comme on voit souvent sur des sites de rap, on voit bien que c’est pas non-plus préparé à l’avance, le mec il arrive et il pose un freestyle devant la caméra, mais je me demande quel genre de micro ils utilisent, si vraiment faut mettre le prix quoi…

Alors moi, je le dis toute suite au niveau du son je suis vraiment pas du tout expert encore moins que la vidéo, donc je saurais pas de dire et pas du tout rentrer dans les détails j’aurais peur de te dire des grosses bêtises…

Alors sinon comme tu le soulignais si on en reste à un clip le studio nous fournis un cd donc après il suffit d’avoir une bonne caméra, et tu dis que pour 600 euros on en a une, après est-ce que tu a une marque qui sort du lot ?

Tout dépend ce que tu appelle bonne caméra, si tu a tourné toute ta vie avec un APN Canon 5D, et après si on te mets une petite caméra Sanyo ou Sony entre les mains pour ne pas les citer, tu va trouver ça pourri. Après je trouve que pour 600 euros tu commence à avoir de la bonne HD, tu commence à avoir une mise au point manuelle, des réglages qui permettent de vraiment personnaliser ta vidéo.

Ensuite une marque… Pour le coup j’ai une caméra Sanyo qui me convient très très bien… JVC, Sony, Sanyo et Panasonic, pour moi c’est vraiment pareil. Ça dépend aussi des usages, certains proposent des fonctions que les autres ne font pas, par exemple Sony fait des caméras avec des fonctions GPS intégrées, pour quand on fait de la randonnée, savoir où est-ce qu’on a filmé tel ou tel plan etc, enfin bon…

Pour toi c’est du domaine du gadget ?

Y a des gadgets qui sont utiles, ça dépend vraiment de l’utilisation du caméscope, pour une utilisation familiale pas besoin d’avoir une mise au point manuelle hyper-perfectionnée, c’est de plans que l’on va prendre sur le vif, pareil pour les reportages. Pour faire de la fiction, il faudra peut-être un capteur un peu plus fin, un peu plus sensible pour tourner dans l’obscurité puis des réglages manuels un peu plus élaborés, ça dépend vraiment des usages… de ce que la personne veut faire d’ailleurs il faut vraiment se poser la question sur se qu’on veut fait avec sa caméra. Si ce n’est pas pour faire de la fiction, pas la peine de s’emmerder avec des réglages manuels tu vois. Y a plein plein d’exemples, y a plein de paramètres à prendre en compte.

Ah oui c’est vraiment compliqué… Disons que y a une caméra pour chaque type d’utilisation. Il faut pas se tromper quand on cherche son matériel… parce qu’après on sera cantonné à ce qu’a fourni le constructeur si je comprend bien la situation.

Prenons l’exemple d’un enfant qui veut se filmer avec ses amis, disons 7-8 ans peut-être que ses parents auront peur de lui acheter une cam à 500 euros etc alors qu’il existe Kodak qui fait des petits caméscopes sans zoom donc beaucoup moins fragiles qui sont waterproof et résistants aux chocs, qui valent 150 euros, pas besoin d’investir dans un caméscope plus chère, tu vois, ça dépend vraiment des usages, enfin le plus important c’est pas le caméscope c’est de savoir quoi faire de ses vidéos…

 

 

Est-ce que pour l’extérieure il faut un type spécial ?

Ça dépend dans quelles circonstances… quand tu parle en extérieur tu veux dire tout terrain ?

Justement par exemple pour faire l’épisode Retour vers le futur, est-ce que c’est la Sanyo que tu a utilisé ?

La petite scène que l’on a fait pour le podcast Geek inc, c’était avec des JVC pour le coup c’était une chance d’utiliser un peu des caméras imposantes… une caméra semi-professionnelle qu’on utilise beaucoup pour le reportage et pour le coup c’était une vraiment belle caméra, à la limite dans le pire des cas j’aurais pu utiliser ma Sanyo aussi, franchement le tournage en extérieure c’est pas ça qui importe le plus, ce qui importe c’est la luminosité, c’est à dire s’il faut un capteur sensible ou peu sensible, et surtout le type de film qu’on va tourner, après que se soit en intérieur en extérieur…

C’est secondaire…

Après il faut peut-être plus se poser la question au niveau de l’audio, mais je ne suis pas spécialiste…

D’accord très bien, on va revenir sur ton activité au sein de la blogosphère de podcast

La podcastosphère…

Tiens on inventent des termes qui vont peut-être bientôt figurer sur le web, je l’espère. En fait, c’est quand même une grosse artillerie Geek Inc et compagnie donc déjà, je trouve que vous vous marier bien au niveau des compétences de chacun. Comment as-tu intégré NoWatch ?

Alors en fait j’avais fait quelques podcast, j’avais commencé Springpod c’était y a deux ans à peu prêt : j’ai commencé en septembre 2009 donc tu vois ça fait un petit moment déjà, j’avais 3 ou 4 épisodes et ensuite j’ai été mis en contact avec eux enfin il m’avait dit que ce que je faisais c’était bien, il m’avait même mentionné dans un de leurs épisodes, dans Zapcast [épisode #009 NDLR].

Ah oui c’est par là que je t’ai connu… Dédicace à Zapcast !

Ça fait longtemps que tu me suis alors…

Oui c’est à dire que ça me parait pas si lointains quand je regarde mais c’est vrai que le temps passe vite on se fait vieux…

Ah ma bonne dame ! (rires)

Donc il m’avait mentionné évidemment j’étais super content, c’était un podcast déjà que je suivais avec mon premier iPod.

C’était déjà un phénomène…

Oui enfin un mico-phénomène pour moi, j’ai vraiment du mal à prendre du recul par rapport au phénomène du podcast car j’y suis les deux pieds dedans. J’ai du mal à savoir comment le grand public perçoit le monde des podcasts…

Pour moi qui suit extérieure je pense que c’est une grande bouffée d’air, sur tous ce qu’on a pu connaître au niveau média jusqu’à maintenant, et qu’il faut en profiter quoi… Y a d’énorme potentiels et de connaissances à faire…

Ah ben c’est toi qui le dit (rires) c’est pas moi effectivement…

Enfin toi justement qui est en interne, peux-tu nous dire si c’est une franche partie de rigolade, justement le podcast ce qui est bien ce qu’il n’y a pas de pression à la base, de financement etc ?

Je vais peut-être juste finir sur la manière dont j’ai rencontré NoWatch et puis j’enchaînerais sur ta deuxième question

Oui d’accord…

Peu de temps après avoir été mis en contact, ils ont crée une nouvelle cellule qui s’appelle Zelab qui permet d’intégrer des podcasts un peu plus jeune, qui ont peut-être un peu moins d’expérience, enfin qui débutent… Et moi c’est cellule là que j’ai intégré au début : j’y suis resté à peu prêt une vingtaine d’épisode puis après quand ils ont jugé le moment venu c’était il y a 6 ou 7 mois, ils m’ont intégré à NoWatch, donc je fais parti maintenant j’allais dire temps plein, je fais parti complètement de NoWatch, qui est leur groupe de podcast vidéo.

Eh ben c’est super. Franchement c’est très bien. Je pense vraiment que c’est très bien. Euh voilà…

(Rires) C’était quoi la deuxième question, ah oui l’ambiance au sein des podcasteurs. Pour le coup pour moi vraiment c’est que du bon je regrette pas du tout d’avoir intégré NoWatch, encore une fois on peut pas parler dans l’avenir, en tout cas ce que je perçoit aujourd’hui c’est que les gens s’entraident énormément, et moi qui suit pas du tout technique, dans le sens internet j’y connais rien les flux rss etc, moi ça a vraiment été une aide matériel et technique pour venir à bout de ce que je voulais faire et en plus ça offre une visibilité formidable par rapport à un blog isolé, donc intégré NoWatch ça m’a rapporté pas mal de poditeurs pour parler de manière un peu pratique et prosaïque.

En tout cas l’ambiance est super tu vois quand j’ai été invité à réaliser l’intro et la conclusion de Geek Inc. Ça s’est fait vraiment naturellement, j’étais fier de participer et eux était content de m’avoir aussi, donc c’est vraiment un échange, qui peut être que bénéfique quand on est qu’amateur et qu’on cherche à se perfectionner perpétuellement.

D’accord, donc jusqu’à maintenant on a parlé de l’aspect matériel, mais le gros de tes podcast concernent les logiciels, After Effects, ceux que tu utilises sur iPhone, y a eu récemment un épisode sur l’iPad. Les logiciels j’ai l’impression que pour toi ça représente ton cœur de métier si j’ose dire.

Moi j’ai commencé par aimer la vidéo par le montage et par les effets spéciaux.

Ça se ressent.

Pour moi le tournage quand j’ai commencé la vidéo était quelque chose d’annexe, et moi toute suite ce que je voulais faire c’était balancer mes vidéos sur l’ordinateur pour les monter et pour les truquer. Au début je faisais ça sur ma petite webcam dans ma chambre dans mon coin, j’essayais de voler, de me mettre sur un tabouret et j’essayais de supprimer le tabouret, tu vois des petits trucs comme ça évidemment au début c’était pas sur After Effects mais sur des logiciels plus basiques.

Autodidacte à base de livre ?

Pas du tout, j’ai jamais lu aucun livre sur la vidéo, je me suis juste renseigné sur internet par des sites, par des interviews de réalisateur, je suis très friand de making-off, donc j’achète les collectors triple DVD juste pour les deux en bonus, alors celui du film comme je l’ai vu au moins 30 fois je le jette à la poubelle enfin c’est presque ça l’idée, j’apprends pas par les livres, plus par la pratique que par la théorie. Et sinon pour terminer sur ce que tu me demandais au sujet des logiciels, ce que j’adore faire, c’est retirer le meilleur du tournage, de toute façon c’est le principe du montage je vais dire des généralités, mais le montage ça permet vraiment de sublimer ce que t’a fait au tournage. Et c’est même un défi un petit peu quand parfois le tournage se fait dans la précipitation, et qu’on a pas vraiment obtenu ce qu’on voulait, d’améliorer en tout cas d’upgrader ce qui a été fait au tournage et j’ai toujours été fasciné depuis que je suis tout petit par la magie, c’est un petit peu dans la continuité, j’adore l’idée de tromper un petit peu son monde et de dire voilà ce qu’on a réussi à faire à la fin avec ce qu’on avait au départ. Utiliser pleins de petites astuces pour arriver à faire un truc cool à base de quelque chose qui ne l’était pas forcément. Voilà c’est toujours un truc qui m’a intéressé. Évidemment maintenant je me penche plus vers le tournage vers la préparation, vers l’écriture du scénario, parce que c’est des étapes évidemment fondamentales, donc maintenant j’essaie vraiment de privilégier cette partie là, mais le montage reste encore quelque chose que j’adore.

 

 

Oui et donc au niveau montage, j’ai envi de citer C’est pas sorcier, une espèce de parodie que tu nous a fait, qui est vraiment incroyable, on est scié, on s’attend au truc de YouTube et non on a vraiment l’impression que derrière il y a du talent, faut dire les choses comme elles le sont, y a vraiment un talent qui est total chez toi, et la question qui nous brûle tous les lèvres c’est combien tu a eu, quel note as-tu obtenu pour ce TP ?

Ah Ah ! J’ai eu la meilleur note, la note maximale j’étais évidemment très fier, mais c’est marrant que tu me poses cette question c’est quelque chose que j’ai fais il y a très très longtemps, j’étais en première ça fait 3 ans.

C’est ça qui est épatent, on ne s’attend pas du tout à ce que tu es toute cette facilité, on se dit tiens ça va être une casserole qui va avoir derrière lui…

(Rires)

Et c’est loin d’en être une je dirais presque que c’est une œuvre majeur j’ai envi de dire.

Oh bon… en le regardant avec le recul, la qualité technique n’est pas parfaite.

Ah oui on voit le matériel c’était pas ça etc mais alors la façon justement de tirer le potentiel finalement de ce qu’on a et de présenter quelque chose de tout à fait regardable, vous en feriez presque une émission hebdomadaire que ça marcherait quoi de toute façon. L’ambiance avec des jeunes qui disent ce qui pensent, c’est ça qui m’a fasciné dans tes podcast, c’est cette proximité qu’on a, on a l’impression d’être ami parce qu’on sent les similitudes de geek, en parlant de geekerie, quel est ton film préféré ou bien sinon quel est ton Pixar préféré ?

Ah ah. Oui effectivement mon film préféré c’est très dur, parce que si on commence à citer un film après on s’en veut pendant 3 semaines on se dit pourquoi j’ai pas dis ce film là et tout, j’aurais vraiment du mal à le dire parce que y a plein de film que j’adore et que j’ai du mal à classer. Pixar je dirais que c’est Wall-E.

Moi aussi ! Je l’ai trouvé fascinant, il y a des petites trouvailles au niveau visuel, au niveau lumière qui sont au-dessus du lot, et j’ai aussi aimé Toy Story 1 mais je l’ai vu à retardement, l’année dernière.

Ah d’accord.

J’ose même pas imaginer les gens dans la salle quand ils sont allé voir Toy Story. Ils ont dû pété un câble, ça avait 10 ans d’avance.

Je l’ai dit plusieurs fois dans mes podcasts c’est un studio que j’adore, que je trouve très créatif, ça représente tout ce que j’adorerais faire, si j’étais professionnel.

Ben pourquoi pas il faut que tu persiste dans cette voix, tu a un grand talent c’est naturel chez toi, c’est vraiment plaisant les gens qui ne se forcent pas parce que ça passe mieux. Quelqu’un qui fait ça par volonté de gagner de l’argent, il fait des bouses il fait des trucs, on voit que les grands cinéastes étaient avant tout des grands passionnés de cinéma. C’est pas possible de détester le cinéma, on est obligé de faire corps presque avec le cinéma, on sent tes références, t’es à la fois dans le registre comique, t’a trouvé à la fois un ton dans ton podcast qui est assez naturel. Tu présente les choses de manière très simple, je pense que c’est ça qui a fait son succès on ne rentre pas dans des élucubrations qui ne servent à rien, on apprend à faire des choses simples qui marchent, et après c’est à nous d’approfondir. Tu attend des gens qu’ils mettent les mains dans la pâte.

J’aime bien ce que tu dis « tu donne quelques astuces et ensuite il faut approfondir ». C’est vraiment ça l’esprit du podcast. Dès le début je me suis dis surtout il ne faut pas que je fasse de tutoriaux, il y a des gens qui font ça très bien, comme Andrew Kramer que je cite dans les podcast, avec le site Vidéo Copilot. Leurs tutoriaux sont formidables, ça sert à rien d’essayer de les surpasser, donc moi l’idée c’était plutôt de donner un esprit de donner des idées : donner un principe en fait. Et peu importe si les gens ont After Effects ou pas, Adobe Premiere ou pas, les gens, du moment qu’ils ont compris le principe, ils pourront, quelque soit le programme, si leurs programmes leurs permet d’avoir des calques, si leur programme leur permet de retoucher, de mettre des bandes noires en haut et en bas de l’image, si leur programme leur permet de pouvoir faire des incrustations dans des fonds verts, ils pourront se débrouiller parce que ce que j’aime c’est d’expliquer les principes, c’est abêtissant de devoir suivre un tuto c’est pas enrichissant, moi j’aime bien donner envie aux gens de découvrir par eux-même, et même de se perfectionner, et ça cela fait plusieurs numéros que je le répète, moi j’ai trouvé une astuce pour faire une explosion ou un truc comme ça, et si les gens trouvent mieux qu’ils le fassent et qu’ils me renvoient la vidéo, pour que je puisse la diffuser voilà c’est vraiment un esprit de partage.

Tu va rester dans cette évolution là tu aime bien justement le ton, le rythme, tu a trouvé un nouveau format d’émission, tu ne t’es jamais posé cette question ? Ca à l’air de couler de source pour moi qui le regarde souvent, c’est un nouveau style, c’est frais. C’est ce qui manque un peu partout… revenons aux choses sérieuses, je veux dire le bla bla la philosophie, mais bon au bout d’un moment on a envie de directement comprendre ce qui se passe devant nos yeux, et surtout quand on est des geeks, j’ai trouvé ça très bien de faire un making-off de Retour vers le futur, ton documentaire parce que tu l’aurais juste montré comme ça, tu aurais juste montré tes compétences, là tu montre ce qu’il y a derrière tu casse un peu le mythe mais je pense que c’est nécessaire pour que les gens se rendent compte de ce que tu fais, t’es tout à fait le contraire du magicien qui restes secret toi tu partage, tu n’es pas dans l’avarice, c’est vraiment beaucoup d’énergie que tu donne, j’imagine que c’est une partie de ton emploi du temps assez importante, il faut rappeler aux auditeurs que tu a quand même une vie à côté, tu a des études à suivre etc. Donc je pense que c’est surtout ça qui a suscité l’adhésion des gens parce qu’ils se sont dis ma foi c’est incroyable : déjà se prendre des claques en découvrant tous les jours des nouveaux podcast en France, c’est une période où l’on se sent pousser des ailes, et ensuite ce qui aussi intéressant c’est de faire des découvertes, on tombe sur quelqu’un, on a l’impression de faire parti d’un groupe d’élite qui participons à l’écoute de ce podcast, et puis finalement il grandi et ce n’est plus une troupe d’élite d’élite qu’il y a autour… Alors justement parlons de chiffre, si tu n’a pas d’objection…

 

 

Non, non…

Est-ce que tu pourrais nous dire à peu près dans quelle proportion ton podcast est regardé ?

Le podcast j’en suis fier, il est de plus en plus regardé donc c’est vraiment une réussite pour moi, disons sans trop donner de chiffres qu’aujourd’hui le podcast est vu plusieurs milliers de fois par épisode donc c’est un joli score, moi disons que j’ai jamais vraiment regardé l’audience dans ce que je faisais, parce que je faisais toujours des choses qui me plaisaient avant tout. En fait quand je faisais mes podcast c’était pas pour les gens c’était pour moi parce que ça répondait à une demande. Je t’explique en fait depuis que je suis tout petit que je fais des vidéos et que mes parents les regardent mes amis etc, je veux leur expliquer comment je fais, et à chaque fois depuis tout petit je me dis qu’il faudrait que je fasse une petite vidéo annexe pour leur expliquer comment j’ai fais, comme ça j’ai pas besoin de me tuer à leur dire à chaque fois tiens là tu vois là j’ai mis un calque là j’ai mis un « lens flare », là j’ai mis machin et directement qu’il y est une vidéo pour tout comprendre. Donc je leur met la vidéo et ensuite la vidéo pour expliquer comment j’ai fais la première vidéo. Je me suis dis qu’il fallait que je fasse un podcast, j’avais envi de m’exprimer, de monter, de participer un peu à la communauté web, je me suis dis c’est vraiment ça qu’il faut que je fasse, et c’est venu spontanément, j’ai pas vraiment fais de calcul, si ça allait intéresser les gens ou pas. C’est pas vraiment ce que je me suis demandé, et de me dire que finalement j’intéresse des gens, c’est génial et surtout le meilleur compliment que je puisse avoir, c’est les gens qui me disent, je m’intéresse pas spécialement à la vidéo, c’est pas quelque chose que je pratique, mais j’aime bien regarder parce que c’est amusant et on apprend des trucs. Et moi cela me fait vraiment plaisir, même les gens qui ne s’intéressent pas spécialement à la vidéo, ils aiment bien regarder ça c’est un peu comme quelqu’un qui va acheter un making-off, une édition collector, il a envi de savoir comment ça a été fait, sans pour autant essayer de le reproduire. C’est ce que je trouve intéressant et c’est ce que j’aime bien communiquer. Voilà.

Je pense qu’ils y a des gens beaucoup moins compétent que toi qui se sont adonné à créer des films, que se soit dans les associations de quartier etc, j’ai vu beaucoup de gens s’essayer à faire de la vidéo, mais je pense qu’il faut avoir quand même un petit truc, tu dis la passion, mais je pense qu’elle explique pas tout à elle seule. Moi je suis assez passionné de vidéo, j’ai essayé de faire un peu d’Adobe Première, j’ai essayé de bidouiller, mais après je pense qu’il faut avoir un peu de folie pour aller au bout de ses projets parce que quand on décide d’aller dans quelque chose il faut aller au bout, et justement quels sont les difficultés selon toi de monter un court métrage ou un long métrage, qu’est-ce qui peut vraiment bloquer quelqu’un qui se lancerait la dedans, et qui s’apercevrait du jour au lendemain que ça, il ne l’avait pas vu arriver… Est-ce qu’il y a des choses qui sont vraiment rédhibitoires dans ce domaine là puisque quand même ça n’est pas facile ?

Oui, alors je crois que la première difficulté, cela va peut-être t’étonner parce que c’est pas ce à quoi on pense forcément quand on commence à imaginer un film ou un court métrage, le plus difficile c’est ni la technique ni le matériel, ni la connaissance pour tel ou tel objet cinéma. Le plus difficile c’est de réunir les acteurs, de faire un emploi du temps, de trouver un endroit pour filmer. Quand les gens ne sont pas payés, qu’ils font ça juste pour le plaisir, du moment qu’on dépasse la barrière du simple divertissement ou du jeu, et que les gens se rendent compte que c’est un vrai travail de faire ça, ben les gens déchantent très très vite.

Ah, ah !

Nan nan j’en ai fait l’expérience, enfin pas moi spécialement, j’ai entendu beaucoup de monde qui me disais cela, mais effectivement je le comprend tout à fait la vidéo c’est vraiment un passe temps très chronophage, qui est quelque chose de demandant, c’est pas du jeu vidéo, c’est quelque chose pour lequel il faut consacrer des jours et des jours entiers, on peut pas reprendre, partir, revenir et tout, il faut se consacrer à 100% la dedans, donc le principal problème en fait c’est la motivation des gens, parce qu’une fois qu’on la trouvé l’envie de faire quelque chose, c’est peut-être un petit peu bêta ce que je vais dire, un petit peu naïf, mais je pense que l’on peu vraiment arriver à beaucoup de chose simplement avec de la passion. Et puis de toute façon on se perfectionne, et n’importe qui qui commence à faire un court-métrage, est un petit peu moyen, et ensuite il fait quelque chose qui est vachement mieux, il apprend de ses erreurs et il apprend à progresser comme ça. Le problème principale c’est la motivation et le manque de temps évidemment qui vont ensemble.

Donc tu a réussi à fédérer pas mal de gens autour de toi, c’est sûrement parce que tu a une passion communicative j’imagine.

En fait pourquoi j’ai choisi le podcast, ça permet de travailler pas mal seul de mon côté, il faut savoir que le podcast est monté, est préparé par moi uniquement. Ensuite, au moment de la production, c’est à dire au moment du tournage, il y a plein de gens qui m’aiment et je leur en suis hyper reconnaissant, les gens qui connaissent le podcast verront de qui je parle. Jérôme et Loïc, évidemment sans eux on pourrait rien faire.

Ah oui big dédicace, ils sont énormes aussi.

 

 

Ma sœur aussi, et mes parents parfois qui m’aident à filmer, évidemment sans eux je pourrais rien faire c’est certain.

En fait c’est une aventure collective et familiale, il y a des gens derrière toi quand même.

Voilà c’est ça donc j’essaye de les mettre un maximum en avant, parce qu’en plus ils sont sympas ils sont cool, ils jouent bien la comédie, enfin ils font tout bien comme il faut.

Tu les entraîne avec toi dans ta folie, on voit que t’es tellement passionné parce que tu fais, c’est pas malsain du tout ce que tu fais, au contraire tu fait que ressortir les capacités des gens, je pense que certains vers toi ont découvert qu’ils avaient un attrait aussi pour ce domaine alors qu’avant de te connaître, et avant de participer à tes podcast, ils n’avaient pas l’impression d’avoir ce potentiel là.

Faut dire qu’avec Loïc et Jérôme on s’est rencontré dans un atelier théâtre en fait, on avait déjà un petit peu la même sensibilité pour ce genre de truc. Moi j’étais plutôt du côté de la vidéo, ce que eux n’étaient pas forcément à la base, ensuite Jérôme il a commencé à faire un petit peu de la vidéo, donc on a tous un petit peu un pied la dedans, c’est pas quelque chose que je leur ai appris ou enseigné, on avait un peu cette sensibilité là. Ensuite c’est moi qui est rassemblé les moyens techniques, qui ais permis comme ça de créer le podcast ça c’est certain, mais à la base on avait tous un petit peu cette même sensibilité quand même.

D’accord, c’est une bonne équipe, tu penses aussi bientôt que tu va refaire d’autre participation au sein d’autre podcast NoWatch, c’est bien cette petite interactivité entre les podcasts ?

Là en ce moment, j’ai aucun projet pour être clair, mais de toute façon c’est l’esprit, c’est à dire qu’on est forcément amené à retravaillé ensemble, parce qu’on partage les mêmes passions, les mêmes intérêts, on est une petite mine de rien… je connais pas le nombre exact…

Ça tend à devenir quelque chose de professionnel, et tu penses qu’à long terme ça pourrait presque devenir un média. En tout cas c’est ce que je souhaite, tant qu’il y a cette fraîcheur, cette insouciance, parce que franchement c’est du lourd, c’est vraiment une bonne osmose, mais les principaux concurrents que vous avez entre guillemets car dans ce milieu on parle plutôt d’entraide, mais on va dire que c’est Freepod.

Oui c’est un autre groupe de podcast effectivement.

Je pense que Geek Inc a ouvert des portes, Freepod est récent, mais si on prend les podcast sous-jacent de ce dernier j’ai l’impression que tous le monde est arrivé en même temps, mais c’est détaché du lot finalement que NoWatch, réussissant à tirer son épingle du jeu à l’échelle de la France, je pense que c’est parce que il y a des individualités intéressantes, et ce qui est marrant c’est que même lorsqu’un podcast s’arrête et qu’on est déçu, qu’on se dit ah là là c’est pas cool il nous ont fait ce coup là, je pense notamment aux SCUDS, qui ont disparu ce qui fait mal au cœur, vu qu’il m’ont fait découvrir NoWatch, je me suis dit c’est la fin et finalement pas plus que ça, quand on voit les nouveaux arrivants qui apportent sans cesse quelque chose de nouveau, et d’ailleurs la question que tout le monde doit se poser est « est-ce qu’il reste de la place, est-ce que d’autres podcasteurs peuvent-ils venir ou bien c’est Fort Alamo ?

Alors juste avant de répondre à ta question j’aimerais faire quelques remarques sur ce que tu avais dis avant, quand tu disais que NoWatch avait réussi un petit peu à sortir du lot, je parle vraiment qu’en mon nom propre, je parle pas au nom de NoWatch, pas du tout mais moi d’après ce que je pense et d’après ce que j’analyse dans le milieu du podcast, c’est une démarche qui fondamentalement est une démarche de passionné, donc quand on est passionné, tout ce qu’on attend c’est qu’il y est quelqu’un qui fasse la même chose que nous pour qu’on puisse s’améliorer, pour qu’on puisse prendre exemple, pour qu’on puisse s’entraider, en tout cas Freepod c’est pas du tout quelque chose que je vois comme de la concurrence pas du tout. C’est deux groupes de podcast différents, avec un esprit différent, qui se complètent, et de toute façon les gens qui aiment le podcast, qui entretiennent une relation personnel avec le podcast, ils vont pas partir d’un podcast pour aller voir un autre, parce qu’un autre vient de se créer, tu comprend ce que je veux dire…

Ah oui, oui.

Le podcast ça se partage, c’est quelque chose qui fondamentalement créé une communauté de gens qui aiment écouter ce qu’ils écoutent et qui sont fières d’écouter ce qu’ils écoutent, ou de regarder ce qu’ils regardent. En tout cas Freepod je vois pas du tout ça comme une concurrence, et pour moi c’est très très bien, ça permet de s’ouvrir à d’autres idées, à d’autres esprits, et à d’autres visions du podcast, qui sont différentes des nôtres, mais qui se complètent très très bien. Je pense qu’il reste toujours de la place pour de nouveaux podcast, parce que pour l’instant la sphère qui a été défriché par les podcasts, c’est la sphère techno, la sphère geek, mais il reste plein de choses à découvrir, et les gens sont de plus en plus connecté, même les gens qui sont pas fondamentalement geek, donc de toute façon je crois que des podcast il y en a toujours qui se créeront, qui disparaîtront, parce que les gens aiment écouter ce qui les passionne. A NoWatch on prend souvent l’exemple de la couture et du point de croix, le jour où il y aura assez de personnes pour consommer ce genre de podcast sur le point de croix, et que quelqu’un aura l’idée de faire un podcast sur le point de croix, le podcast grandira et ça deviendra une niche dans le monde des podcasts. Il y aura toujours la place pour un nouveau podcast pour un nouveau ton, pour un nouvel esprit, voilà.

De toute façon le podcast il nous prend tout de suite par les sentiments avec cette proximité donc finalement, y a le thème qui joue mais je pense que ce qui fait la différence, la grande force du podcast toi même tu l’a dit tout à l’heure ça amène des gens, qui n’ont rien à voir. Moi à la base je suis quelqu’un qui fait un blog de rap et qui suit passionné par le rap, et parallèlement je suis en admiration devant votre travail, on voit bien que des strates qui sont complètement différentes, finalement elles peuvent se retrouver dans les podcasts, donc là je parle de rap j’essaye de faire une transition en douceur, ni vu ni connu j’ai envi de te poser la question, est-ce que tu a kiffé un clip de rap en particulier, sa construction, sa mise en scène, c’est sur on aime ou on aime pas la musique mais vu que toi tu es vidéaste, toi à chaque fois que tu regarde quelque chose c’est un peu comme Terminator, tu vois l’aspect technique avant toute chose, si tu regarde un film tu regarde s’il a fait un plan séquence, donc je pense que tu a du voir que dans le rap il y avait une mise en scène à part et spécial qui correspondait bien à l’esprit, qui apportaient aussi son lot de petites trouvailles par ci par là qui sont dans l’esprit du podcast, dans l’esprit de la bonne franquette, des fois avec un scooter, un bout de scotch et 3 téléphones ils vont nous pondent un clip à peu prêt potable, et moi ça m’impressionne, qu’est-ce que tu en pense de tout ça ?

Alors je vais être très très clair, je regarde pas du tout la télé, je n’ai même pas de télé chez moi, j’ai jamais l’occasion de regarder de clip, donc je ne regarde pas de clip le dernier que j’ai regardé ça doit être il y a 3 ans. Donc je connais pas du tout du tout du tout l’univers des clips en fait c’est pour cela que je n’ai jamais essayé de le pratiquer parce que je ne connais pas du tout, je suis désolé j’aurais aucunes références à te proposer (rires), je préfère pas me prononcer je vais faire hurler les gens qui s’y connaissent vraiment.

Tout à fait ne les vexons pas pour un premier podcast sur mon site. (rires)

 

 

Par contre, pour le coup je consomme énormément de vidéos sur internet, et parfois cela m’arrive de tomber sur des clips, alors je n’ai aucun nom en tête, plutôt d’amateur, en tout cas la vidéo sur internet c’est vraiment quelque chose que je consomme vraiment, c’était pour dire que…

Tu préfère finalement la vidéo qui provient d’internet, et la vidéo autre qu’internet se situe pour toi plus au niveau film etc, mais la télévision pour toi ce n’est même plus intéressant ! Si je comprend bien pour toi la télé c’est déjà dépassé ? D’ailleurs c’est mon avis exactement…

Disons qu’à la base la télévision c’est une technologie, c’est un moyen de diffusion, et ce moyen de diffusion en lui-même n’est pas mort il y aura toujours des gens qui regarderont comme ça un contenu stream, juste en zappant avec les chaînes enfin tu vois le modèle télé habituel, mais cela ne veut pas dire pour autant que le podcast n’a pas son mot à dire, et qu’il n’y a pas un autre moyen de consommer du média, je pense que la télévision dans le moyen de diffusion persévéra ensuite le jour où TF1 crève, enfin le jour où les programmes de télé réalité crève je dis pas non, ça s’est sur (rires).

S’ils mettaient à la place les meilleurs podcasts du net et qu’ils les invitaient à passer à la télé, toi est-ce que tu accepterais ou bien tu y verrais une problématique nouvelle, je sais pas… ?

Moi franchement le média sur lequel diffuser ses idées, diffuser ce qu’on fait, je m’en fiche complètement, c’est à dire le jour où TF1 m’invite dans une émission genre talent du web, bref ce que tu veux, moi je passe de suite, aucun sectarisme, je serais fier de présenter ce que je fais…

Donc pour l’instant tu ne passe sur aucune chaîne sur terre ?

Non (rires) mais c’est pas le but en plus…

Parce qu’il me semblais que j’avais entendu que certains podcast était retransmis sur certaines chaînes mais est-ce que j’ai rêvé ou pas… je suis incapable de…

C’est possible j’en sais absolument rien mais…

J’avais entendu parlé d’AppleTV, je sais plus, j’avais entendu quelque part que finalement c’était une idée qui taraudait quand même qu’il y est des chaînes spéciales, finalement on voit qu’il y a un potentiel publicitaire derrière mine de rien, donc un jour où l’autre… c’est malheureusement peut-être justement quelque chose que l’on doit déplorer, mais forcément qui dit publicité dit télévision média, donc je pense qu’un jour les personnes qui seront vraiment au-dessus du lot dans les podcasts finiront par rejoindre la télévision, comme ceux qui sont les meilleurs dans les radios finissent par atterrir à la télévision, puisque la radio et la télé c’est quand même deux choses qui sont complètement différentes, donc on a vu que Norman par exemple pour ne citer que lui, a fait quelques incrustations dans le journal de Pujadas et compagnie, on se dit merde ça veut dire que des mecs comme Adrien Auzias qui sont quand même bien aussi dans leurs domaines, vont peut-être animer un « C’est pas sorcier » d’un genre nouveau, dédicace à Michel Chevallet, comment ça marche et compagnie, voilà on se pose toute cette question, parce qu’au départ on se dit qu’ils faisaient tous ça par passion, mais quelques podcasts qui se professionnalisent, je pense qu’il y en a qui essayent vraiment d’en faire leur vie…

Il y a plusieurs trucs la dedans déjà, là où il y a le fric c’est la télé ça c’est certain, la télé a plus de moyen que n’importe quel média sur internet, c’est sur, français en tout cas et étranger je pense que la remarque est vrai aussi. Par contre justement pourquoi on veut se professionnaliser et qu’on essaye d’avoir des sponsors etc, c’est justement pour pouvoir résister à l’appel des sirènes, je parle encore vraiment pour moi, je parle pas du tout pour aucune chaîne de podcast, moi pour le coup je suis clair j’aimerais bien trouver des sponsors etc pour pouvoir continuer le web, je veux dire le web c’est vraiment quelque chose que j’aime, moi le web c’est ma vie, je passe ma vie sur internet et je pense que c’est le cas pour beaucoup de monde…

Et justement je m’étonne encore que les gens regardent la télé comme ça, c’est quand même beaucoup plus intéressant de regarder un podcast, d’y participer, de le commenter, d’en faire un soi-même, c’est pour ça que j’ai ressenti le besoin de t’interviewer, c’est aussi faire parti un petit peu de ce nouveau monde…

Voilà cette idée du média libre, c’est quelque chose qui me tient très à cœur. Je préfère être clair on cherche pas du sponsor parce que j’ai tellement peur d’aller à la télévision, tu vois je veux dire c’est pas du tout le problème (rires) parce que jamais personne ne m’a contacté. Le podcast que j’anime c’est vraiment une micro-niche dans l’univers audiovisuel français et même d’internet. C’est vraiment pas ce que je suis en train de dire. Ce que je veux dire c’est que je pense que le web a quand même une carte à jouer dans la diffusion média professionnelle, je veux dire fait par des professionnels, et que pas besoin de rejoindre la télévision pour faire ça et c’est justement pour ça qu’on essaye d’avoir des sponsors, qu’on essaye de trouver des financements, pour pouvoir continuer et même augmenter la qualité de nos émissions sans passer par la télévision, enfin voilà pour moi en tout cas c’est l’idée, et le jour où je dirais j’ai vraiment accompli ce que je voulais faire, lorsque j’aurais créé une émission professionnelle avec un rendu professionnel.

Oh ben là c’est dans la bonne voix, donc là justement ton dernier podcast, le n°34, on voit déjà que tu commence en intro, on voit que tu es quand même comédien dans l’histoire, là on n’en a pas trop parlé parce qu’on est axé axé technique, mais y a quand même un truc qui te pousse à jouer le comédien, tu n’es pas seulement réalisateur, tu aime bien jouer la comédie !

Oui, enfin je…

Vu que t’a déjà fais du théâtre, donc finalement quelque part t’es un peu polyvalent, donc c’est pour ça qu’on pense toute de suite que tu a un avenir dans ce métier, c’est que tu pourra bondir d’un média à l’autre, de bondir de devant et de derrière la caméra et je pense que c’est un avantage pour toi, déjà si t’étais cantonné seulement à la réalisation on te connaîtrait moins, c’est ça qui fait ta force tu est devant / derrière et on sent que…

Fais attention à ce que tu dis ! (rires)

Tu es devant et derrière la caméra mais on sent que c’est une unité quand même, y a ta patte, y a ta touch, et c’est ça qui est impressionnant, voilà moi, c’est comme ça que j’en fais l’analyse, c’est que tu a un avenir prometteur dans ce domaine là ; enfin je sais pas dans quelle discipline tu va te révéler le plus, t’es à peu prêt bon dans toutes, hier j’étais mort de rire devant cet épisode là, avec le jeune qui essaye de remonter le moral d’un mec comme ça qu’est la voix-off, d’ailleurs dédicace à Nestor, j’espère qui va mieux… (silence) la voix-off… (silence).

Ah oui oui, Nestor effectivement il va mieux, il va mieux, je lui ai parlé hier au téléphone il va très bien.

Donc qui c’est qui faisait Nestor; c’était bien toi ?

 

 

Oui c’est bien moi enfin là pour le coup c’est pas une démonstration d’acteur c’est vraiment pour la déconne, vraiment pour donner l’historique de ce sketch, je sais même pas si on peut appeler ça un sketch mais c’est parce que j’avais la caméra que m’avait prêté NoWatch, et qui permettait de filmer en basse luminosité, je voulais faire un truc dans une semi-obscurité, pour voir jusqu’où pouvait aller la caméra. Et donc j’ai crée ce petit sketch complètement bête, c’était juste…

Hum ! T’es quand même marrant, comment dire t’a la bonne réparti, on a l’impression que t’a encore pas exploité tout ce côté là finalement qui est la franche déconnade, qui est plutôt réservé à des podcast comme le Captain Web, à la fin c’est même plus de la déconnade qu’un podcast, à la fin ça devient stratosphérique, on sait plus qui est qui et qui fait quoi mais c’est le bonheur total. Et j’ai l’impression que t’es dans cet esprit là d’ailleurs, on ne sait pas pourquoi tu a fais cette intro, puisqu’elle avait pas grand rapport si j’ose dire avec le reste, mais c’est ça qui est trop fort, on s’y attend pas, on s’attend à ce que tu rentre dans le vif du sujet d’After Effects et compagnie et non tu commence par un sketch et on est mort de rire, et je sais pas il y a peut-être un sillon à gérer, pourquoi pas faire un deuxième podcast où là tu fera plus parler tes talents de comédien, parce que là finalement ils sont un petit peu bridés, tu ne peux pas faire que ça dans le truc mais on sent que tu a envie, on sent que ça te brûle de montrer qui tu es et ce que tu sais faire, et je pense qu’à la manière d’un Descraques, qui au départ finalement était dans la franche rigolade et puis voilà où il en a terminé, il était derrière, parfois devant la caméra, un peu polyvalent le mec aussi d’ailleurs, on voit que chez vous les surdoués de la vidéo, vous êtes tous boulimiques d’internet, vous avez des références, ça sent, c’est frais, est-ce qu’il y a pas quelque chose à jouer la dedans, un autre podcast à faire plus tard ou maintenant… enfin je sais pas ?

Déjà je suis ravi que tu me mette dans le même panier que François Descraques déjà c’est le meilleur compliment de la soirée que tu puisse me faire, au niveau du fait d’être acteur, déjà le truc c’est que j’aimerais, j’ai envie, enfin c’est ce qui va se passer dans les prochains épisodes que j’ai déjà écris et que je suis en train de monter, j’essaie de rendre le podcast de plus en plus fun et essayer de faire quelque chose qui soit ludique, mais qui soit drôle et agréable à regarder, c’est peut-être ce qui manquait dans certains épisodes…

Par exemple l’épisode que t’a fait qui traite de l’iPhone, c’est un épisode comique quasiment ?

En plus des fois je suis en train de monter et je me rend compte qu’il n’y a pas assez de blague et tout et je m’en veut alors des fois je rajoute des petites blagues , genre des petits « clash » ou des voix-off…

Ouais je vois des petits « clash » fait à la main presque…

Moi j’adore jouer je m’éclate de faire ça, c’est la partie la plus fun du tournage, enfin de la production vidéo, automatiquement c’est là que je suis en contact avec les gens…

Automatiquement il y a un bêtisier.

Donc c’est là où que tu prend les grosses rigolades, ensuite devant ton logiciel de montage c’est un peu moins fun mais…

Disons que tu peux re-transformer ça pour en faire un joyeux truc, justement j’ai l’impression que plus les podcasts se foutent de tout mieux ça marche. Plus on est libéré plus on est osé dans ce qu’on fait, y a Mister V qui s’en fout mais royal, je sais pas si tu a vu certains épisodes de Mister V où il y a des petits effets comme ça où…

Non je sais pas du tout ce que c’est non désolé.

Petite dédicace à Mister V qui lui est un comique pure justement, et lui il rajoute des petits trucs dans ses vidéos mais c’est tellement balourd, c’est tellement con que ça fait rire tu sais il suffit qu’il mette son double dans le fond du truc et puis franchement on est mort de rire, donc finalement la question est qu’avec moins de moyens on fait automatiquement des choses mieux ? Quand on en a pas on a presque obligation de réussite quoi.

C’est pas les moyens qui font la vidéo, qui font la qualité de ce que tu va faire, en même temps c’est quand même mieux d’avoir des moyens, franchement il ne faut pas être hypocrite, le jour où j’aurais assez d’argent pour m’acheter un méga caméscope, un méga Canon 5D, je le ferais ça c’est sur. Je suis comme tout le monde je préfère que mon image soit de bonne qualité et que mon son soit de bonne qualité, ensuite le risque c’est effectivement peut être de se reposer trop sur le matériel pour faire quelque chose de mauvais dans le fond. Mais bon je suis pas certain que le fait d’avoir un bon matériel conditionne la piètre qualité du fond, je pense que c’est deux choses complètement différentes et de toute façon c’est mieux d’avoir du bon matériel voilà (rires). Mais je vois pas de corrélation entre la qualité du fond et le matériel en fait.

D’accord si on élimine les aspects techniques qui sont comme tu dis plus on en a mieux c’est, j’ai envi de revenir plutôt sur l’aspect on fait ce qu’on veut, on dit ce qu’on veut, il n’y a pas quelqu’un au -dessus de vous finalement qui vous bride ou qui vous dis attention là t’a été trop loin, finalement vous n’avez pas d’autocensure ça se ressent, c’est peut être cette fraîcheur là qui impressionne c’est à dire que c’est fait à la fois pour les auditeurs mais aussi pour vous faire plaisir en même temps…

Hum…

Donc c’est unilatéral vous feintez pas pour correspondre à tel desiderata, comme tu dis à la télévision ils sont là tiens ici faudra que tu me mette un peu plus de fesse, là tu me fera applaudir des gens à ce moment précis tous ça, vous pouvez utiliser les mêmes effets, si vous voulez mais se sera plus pour vous faire plaisir finalement qu’à une éventuelle strate ou sous couche de vos auditeurs pour en avoir plus parce qu’on peut pas trop mentir dans les podcast, si vous faites un mauvais podcast paf on vous le dis tout de suite et la fois d’après c’est soit vous remonter en scelle, justement, je veux pas t’embêter trop longtemps non plus donc là ma question finale se sera comment gérer ce retour que l’on peut avoir des gens, est-ce que des fois ils peuvent carrément nous empêcher d’avancer, est-ce que c’est grâce à eux uniquement qu’on arrive à s’améliorer, il y a le public il est directe, il est frontal j’ai envie de dire, ça n’a rien à voir justement avec une émission de télé où ça va se compter en chiffres, mais les chiffres c’est pas forcément la qualité, des fois Mimie Mathie Ange gardien sur la une va faire plus qu’un autre et tout, c’est à la fin de la soirée qu’on peut dire si on a passé un bon moment ou pas… finalement alors que dans le podcast c’est pas pareil ça pardonne pas si on en fait un mauvais, on doit perdre plein d’auditeurs, est-ce que c’est pas une crainte ? Est-ce qu’on a pas peur de perdre ses auditeurs puisqu’ils se construisent petit à petit, ils s’accumulent comme des perles sur un collier, et à la fin on se dit bon, n’allons pas gâcher ces mois et ces mois de travail, est-ce qu’il n’y a pas une petite pression qui s’installe finalement ?

Déjà moi j’ai la chance de faire partie d’une communauté donc de NoWatch qui a un public qui pour la grande grande majorité constitué de gens qui aiment le podcast et qui sont pas là pour troller. Ils sont là pour apporter même si c’est des critiques négatives, pour apporter un vrai jugement, quelque chose qui va plutôt construire. Donc des critiques comme tu dis frontales et trollesques, c’est des choses qu’on a peu. Qu’on a, mais qu’on a peu. Ensuite la peur de perdre ses auditeurs, enfin moi c’est pas quelque chose que je ressens, pour l’instant, parce que j’ai l’impression de faire le mieux que je peux quoi. Je veux dire j’y passe un temps fou, j’ai l’impression d’être dans la continuité de ce que je faisais déjà il y a un an. Donc je sais pas, c’est pas vraiment une crainte, ça le sera le jour où j’aurais énormément de critique négative et là je commencerais à me poser des questions sur la qualité de mon travail, ça c’est sur, mais non maintenant c’est pas une crainte spéciale, et je vais pas me tourner vers des trucs disons plus mainstream, juste pour contenter les gens. Parce que du moment qu’on fait du mainstream, les gens passionnés qui nous regardent nous délaissent forcément un petit peu, parce que justement on ne s’adresse plus a eux, on ne s’adresse plus à un public de passionné. Et c’est la chance qu’on a c’est d’avoir un public de passionné, on fait pas du podcast pour n’importe qui. Quelqu’un qui n’aime pas la vidéo il va pas regarder le podcast, c’est tout tu vois. Il va pas s’emmerder, c’est pas comme à la télé, tu zappes tu tombes sur quelque chose, même si t’es moyen, l’alternative c’est quoi ? Finalement c’est d’aller de faire cuire un steak, donc finalement tu va regarder ce qu’on te propose. Alors que le podcast c’est très différent, en 10 secondes si quelques chose te plaît pas tu zappes. Donc les gens ne sont pas méchant, s’ils aiment, ils regardent puis s’ils n’aiment pas ils regardent pas, enfin voilà je pense que c’est assez simple.

D’accord ça me paraît très clair, c’est une bonne définition je pense qui servira à tous les podcasteurs amateurs ou qui démarrent, qui ont envie de suivre ton chemin puisque il suffit d’être bon et à l’aise dans une passion quelconque pour pouvoir justement à l’aide d’une caméra ou comme nous à travers Skype, donc pour ceux qui ne sauraient pas on a utilisé Skype avec un petit plug-in pour enregistrer voilà pour l’aspect technique de l’émission, comment moi j’ai rencontré Adrien, ben… par Facebook, à la bonne franquette c’est à dire que la magie d’internet c’est ça : contacter des gens et de se dire bon voilà on a des choses à se dire et on va les faire partager à autrui. Donc je pense que l’on a atteint notre but ce soir. Et je te remercie pour toutes les informations que tu nous a fournie sans aucun tabou, j’ai envie de dire.

 

 

Il n’y a pas de problèmes.

Tu as dis les choses sans passer par des labyrinthe, c’est fort agréable d’avoir des réponses précises, donc on a vraiment l’impression d’avoir avancer ce-soir, d’avoir compris ce que tu faisais et ce que tu attendais aussi, est-ce que tu voudrais rajouter quelque chose ou tout a été dit ?

Heu non je crois que j’ai tout dis ce que je voulais dire, enfin j’avais pas vraiment prévu une liste de chose à dire…

On s’est laissé bercé par les questions.

C’est de l’improvisation mais j’ai pas l’impression d’avoir quelque chose à rajouter donc tout va bien.

Je te remercie beaucoup, j’espère que l’on se retrouvera dans le cadre d’autres travaux pourquoi pas donc nous rappelons simplement l’adresse de ton podcast qui est donc :

www.springpod.net et sur NoWatch.TV aussi.

Vous avez internet vous êtes obligé d’avoir NoWatch maintenant c’est comme ça, c’est une nouveauté de notre époque, quiconque à internet doit avoir NoWatch dans vos favoris.

Pour rappeler NoWatch c’est une chaîne de podcast vidéo et de podcast audio, sur les tous les sujets un petit peu tech et même autre. C’est le cas de Geek Inc que l’on a cité aujourd’hui, il y a d’autres podcasts audio : le Rendez-vous Tech, Season One, donc ça va du ciné, aux séries en passant par la tech.

C’est parfait il y en a pour tous les goûts, il manque plus qu’un petit podcast de rap on y pensera…

Ouais.

On demandera au chef, bon il n’y a pas de chef, le problème il est là (rires) mais on demandera, on verra, nan puis sérieusement, la porte est ouverte.

Oh ben oui…

La porte est ouverte a quiconcque, peut-être un podcast sur la musique ? Parce que j’ai pas l’impression que ce soit le domaine d’un podcast en particulier la musique, il y a certains podcasts qui font appel à cette notion là mais il n’y a pas de podcast vraiment musicale…

Il y a un podcast qui vient d’arriver sur NoWatch sur Zelab qui s’appelle La Platine, qui vient de sortir qui est un bon podcast et que je vous conseil de regarder. Qui passe par le Rock et la Pop, c’est pas du tout sectaire…

Franchement c’est super, on aura bientôt plus besoin de média traditionnels, on ira à l’information dans les podcasts, et là franchement ça vaut le coup de s’informer.

C’est le but…

Donc bonne soirée à toi Adrien, je te remercie du fond du cœur d’avoir participé à cette émission qui là va se clore sur à peu prêt une heure, donc voilà je remercie aussi les auditeurs d’avoir suivi et de prendre part aussi à cette aventure. Au revoir.

Au revoir.

Share

Laisser un commentaire